Paré pour l’avenir avec KBK Aluline

POPERINGE – Chacun peut juger du design, mais créer du design n’est pas donné à tout le monde. De nos jours, tout le monde sait ce qu’est le « design ». Mais cela reste aussi une affaire de goût personnel. Chez Extremis, on ne considère pas le design d’un meuble de jardin uniquement sur la base de son aspect extérieur. Le meuble ne doit pas seulement être « beau », il doit aussi être « pratique ». Et à quoi ressemble le meuble quand il n’est pas utilisé ?
Par exemple, où placez-vous vos coussins ? Où allez-vous vous étendre si vous ne voulez plus être assis ? Ou comment les meubles de jardin peuvent-ils créer un sentiment de cohésion ? Ce sont précisément ces propriétés invisibles d’un produit qui placent les meubles Extremis dans une catégorie à part. Et c’est exactement ce qui fait le talent d’Extremis.

Dans le monde entier au départ de la Belgique
Extremis voit le jour lorsque Dirk Wynants commence à commercialiser sa première table de jardin « Gargantua », en 1994. Au fil des ans, divers meubles ont été ajoutés et la collection n’a cessé de s’étoffer. Aujourd’hui, la gamme est constituée de 20 produits différents et est vendue dans plus de 80 pays différents, aux particuliers comme aux entreprises. Situé à Poperinge, en Belgique, le siège compte 30 employés et est divisé en espaces de bureaux et en un grand hall industriel. La gamme d’Extremis est aujourd’hui si vaste qu’on n’y fabrique pour ainsi dire plus de pièces en interne. Différents partenariats ont été conclus avec des fournisseurs triés sur le volet. Extremis assemble ensuite le mobilier lui-même et les soumet à un contrôle de qualité rigoureux. De ce fait, tous les produits finis sont parfaitement finis. Les pièces utilisées dans les meubles sont souvent produites spécifiquement pour Extremis, elle-même très impliquée dans le processus de production. La majorité de ces fournisseurs réguliers viennent de Belgique et le constructeur s’efforce toujours d’établir une relation de qualité et à long terme. Au fil des ans, les souhaits et les exigences se sont donc parfaitement harmonisés, ce qui a permis la mise en place d’une excellente coopération.

De la chaise à la feuille
Devenu trop exigu, l’ancien bâtiment ne pouvait plus faire face à la croissance soutenue de l’entreprise ces dernières années. La direction a donc décidé de transformer et de s’agrandir. « En fait, seuls les murs sont restés », explique Frederik Breemeersch. L’amélioration de l’ergonomie et le choix de bons matériaux ont été pris en compte dans l’expansion. En outre, un espace de travail suffisant et de la place supplémentaire ont été prévus pour permettre une croissance future. Des investissements supplémentaires ont été réalisés dans la chaîne de montage. Cette chaîne de montage permet d’assembler, entre autres, les plateaux des modèles Hopper et Pontsun. Le plateau de table est composé de différentes pièces en bois et en acier qui s’emboîtent les unes dans les autres avec précision. Une fois le plateau terminé, celui-ci est beaucoup trop lourd pour être soulevé et déplacé par deux personnes.

Solution de levage améliorée
Les tables étaient auparavant hissées à la main. Mais il fallait alors toujours plusieurs personnes pour déplacer une table. Cela rendait la moindre opération très exigeante en main-d’œuvre. Avec l’ancien système de monorail, le travail s’effectuait déjà beaucoup plus vite, mais il restait encore des limites. Ce système se composait en fait d’un seul long rail auquel était fixé un palan mobile. Il permettait de soulever une table et de la déplacer par le biais du monorail fixe. Malgré la réduction de la charge grâce à ce système, différents problèmes subsistaient dans la pratique. Par exemple, l’espace sous le monorail devait rester libre à tout moment et il n’était pas possible de déplacer plusieurs tables en même temps. Lors de la conception du nouveau hall, Extremis a tenu compte de ces expériences et a commencé à chercher une meilleure solution de levage. Dans cette optique, Extremis a contacté un de ses fournisseurs de constructions métalliques, l’entreprise Westland de Reninge, en Belgique. Westland connaissait les possibilités de levage étendues de la gamme Demag et a renvoyé Extremis vers Demag pour la réalisation de son projet.

Plusieurs postes de travail
Pour continuer à répondre à la demande croissante, la nouvelle chaîne de montage devait pouvoir accueillir plusieurs postes de travail. En concertation avec Christophe Bontinck de van den Berg Transporttechniek, la situation a été analysée plus en détail, et le choix s’est en définitive porté sur un système modulaire KBK. Le KBK permet de travailler avec plusieurs palans en même temps. Les utilisateurs ne sont pas liés à un trajet fixe et les produits peuvent être entièrement exploités par un seul utilisateur.

En douceur avec KBK Aluline
La proposition se composait de deux versions, à savoir KBK Steel et KBK Aluline. La version en acier, moins chère, est caractérisée par sa couleur rouge, tandis que le profilé Aluline est entièrement en aluminium. Grâce au faible poids propre de l’Aluline, ce système fonctionne encore mieux que la version en acier, ce qui se remarque particulièrement bien dans la pratique. Frederik explique qu’ils trouvent très important de pouvoir d’abord voir et expérimenter les produits et matériaux. « Essayer avant d’acheter », comme il dit. Cela vaut bien entendu aussi pour les meubles Extremis. C’est pourquoi van den Berg a décidé d’organiser une visite de référence pour tester les systèmes modulaires KBK dans la pratique. Les expériences faites avec KBK Aluline sont éloquentes : un look moderne, des composants robustes, une grande convivialité, un mouvement léger, souple et presque silencieux. Le choix de KBK Aluline s’est fait rapidement.
Maintenant que le système modulaire a été installé, les avantages sont évidents. « Nous utilisons le système depuis le premier jour et tout le monde en est très satisfait », déclare Frederik Breemeersch d’Extremis. « KBK Aluline est juste incroyablement facile à utiliser. Et quand quelque chose fonctionne bien, l’expérience est agréable et le système est automatiquement utilisé beaucoup plus souvent. Et c’est exactement ce que nous voulons ! »

Monocommande sur plus de 140 mètres carrés
Le système KBK est accroché dans la zone de montage de l’atelier. La longueur de la piste est de 20 mètres, ce qui laisse une portée d’accrochage réelle de 19,18 mètres après déduction des dimensions d’approche. En dessous, on trouve maintenant deux poutres, chacune d’une longueur de pas moins de 8 mètres et ayant une portée réelle de 7,35 mètres. Ces poutres peuvent « rouler » d’avant en arrière sous les longs trajets suspendus au plafond. Elles sont toutes deux équipées d’un palan à chaîne électrique Demag. Ces palans peuvent donc se déplacer sur une longueur de plus de 19 mètres et une largeur de 7 mètres. La portée totale est donc de plus de 140 mètres carrés ! Les longs profilés au plafond permettront également à l’avenir d’accueillir une troisième poutre avec palan. Le système est modulaire et peut être étendu dans le futur si nécessaire. Les palans Demag disposent chacun d’une télécommande monocommande, fixée au palan par un câble à hauteur de travail. En d’autres termes, la télécommande se trouve toujours à proximité du palan et ne peut pas être confondue avec celle de l’autre palan.

Sécurité et efficacité
Les palans Demag sont équipés d’une protection contre les surcharges afin d’empêcher à l’opérateur de soulever accidentellement une charge trop lourde. Cette fonction standard Demag permet d’éviter les dommages et les accidents sur le palan et le produit. Les palans Demag sont également équipés de série d’une fonction à deux vitesses. Cela augmente l’efficacité et la sécurité. La faible vitesse donne un contrôle supplémentaire pour un positionnement très précis. À l’opposé, la vitesse élevée assure un transfert rapide du point A au point B.

Manipulation facile même de lourdes charges
Le système modulaire KBK Aluline est l’une des plus belles installations Demag fournies par van den Berg. Il est idéal pour les déplacements fins et flexibles. Demag est plus connu pour ses nombreuses installations de ponts roulants de grande taille qui commencent avec une capacité de quelques tonnes. Les plus grands ponts Demag peuvent atteindre une portée de 35 mètres ou sont équipés de palans à câble capables de soulever plus de 200 tonnes. La capacité de levage maximum d’un système KBK Aluline est d’environ deux tonnes, mais commence avec les plus petites charges à partir de 20 kg. Autrefois, ces charges utiles « basses » étaient généralement soulevées avec des chariots élévateurs à fourche, ou simplement à la main. Mais ces méthodes monopolisaient beaucoup d’espace et étaient néfastes pour la santé du personnel. Les systèmes modulaires sont très efficaces dans les espaces restreints. Grâce à la coordination « X-Y-Z », l’ensemble de l’espace de travail peut être atteint. « Nous notons une tendance évidente dans les ateliers permanents. Les processus sont optimisés et chacun veut utiliser le plus efficacement possible l’espace limité disponible. Les charges peuvent être déplacées à la main et le montage du système de levage au plafond permet de garder une aire de travail totalement dégagée. Cela permet de gagner beaucoup d’espace, qui peut être utilisé à d’autres fins. » Les applications des systèmes modulaires Demag sont très variées. On les retrouve dans les blanchisseries, la transformation de la viande, les imprimeries, les usines de galvanisation, les fabricants de machines, chez les vétérinaires et bien sûr dans les usines de meubles. On peut en effet utiliser un système modulaire KBK partout où il faut manipuler des matériaux trop lourds pour être soulevés à la main.

Beaucoup plus…
Extremis ne ménage pas ses efforts pour pérenniser la croissance des dernières années et étoffer encore son assortiment. Grâce à l’espace supplémentaire dans le nouvel entrepôt et à la coopération de qualité avec les fournisseurs, l’entreprise est prête pour l’avenir. Van den Berg Transporttechniek est également très satisfaite du déroulement de la coopération et heureuse du résultat obtenu. En guise de conclusion, nous demandons à Frederik Breemeersch s’il peut décrire le système KBK Aluline en une phrase. De nombreux arguments sont évoqués et il est assez difficile de n’en retenir qu’un. « Fiable, mais ce n’est pas suffisant pour décrire l’ensemble de l’installation… C’est bien plus que cela ! »
Plus d’informations sur www.extremis.be